Le Gouvernement sauve les banques ; le 15-M les citoyens.

Luis G. San Miguel, Público.es 

Plusieurs collectifs proches du mouvement des Indignés espagnols mettent en marche le  »Plan de sauvetage citoyen » pour  »appuyer et amplifier les actions directes pour obtenir le changement ».

Parallèlement à la célébration de son anniversaire durant les mobilisations du 12M-15M, le mouvement des indignés a réussi à donner un grand pas en avant en présentant une feuille de route basée sur cinq revendications centrales : 1) Pas un euro de plus pour sauver les banques; 2) Services publics de qualité pour l’éducation et la santé; 3) Non à la précarité du monde du travail; 4) Pour la garantie d’un logement digne; 5) Transparence, démocratie en réseau et libertés citoyennes.

Ces exigences, qui étaient déjà de fait les axes de travail sur lesquels se basaient les différents mouvements jusqu’aujourd’hui et qui nous proviennent du mouvement de Barcelone, ont été acceptées par les indignés à travers tout le pays.

Maintenant, pour continuer d’avancer dans cette direction et de stimuler de nouvelles mobilisations, différents collectifs proches du 15-M ont organisé une campagne  »Plan de Sauvetage Citoyen »; avec comme devise « sauvons les citoyens, pas les banques ».

Pendant que le Gouvernement du PP (Parti Populaire) annonçait que la banque Bankia recevra 7.500 millions de plus de l’Etat, après les 4.5000 millions qui y ont déjà été injectés, et que les bureaux de La Caixa de Barcelone continuent d’être chaque jour entourées par des centaines d’indignés armés de casseroles, le mouvement a décidé de mettre en marche cet outil, qui  »met en réseau, appuie et amplifie les collectifs qui proposent des actions directes pour obtenir le changement ».

Pour le moment, l’initiative a été impulsée par les Réseaux DRY (Démocratie Réelle Maintenant), un groupe de travail à l’intérieur de la plateforme Démocratie Réelle Maintenant, et avec la collaboration de la Plateforme des Victimes des Hypothèques, le collectif Madrilonia et les Iaioflautas. De plus, selon des sources proches du mouvement, d’autres collectifs pourraient se rapprocher de l’initiative comme la Oficina Precaria (le Bureau de la Précarité) et Juventud Sin Futuro (Jeunesse sans Futur).

Selon un communiqué publié sur le site de Redes Dry, ces derniers avancent :  »nous avons vu sur la place durant le 12M-15M le désir d’obtenir des victoires concrètes et de focaliser notre capacité de travail vers celles-ci. Nous avons besoin de catalyseurs pour articuler ces processus et c’est pour cela que nous proposons cet outil aux citoyens et à tout le mouvement du 15-M ».

Le même communiqué explique,  »nous croyons que les points de revendications qui ont été approuvés à Barcelone, sont un bon point de départ pour construire une alliance entre des groupes spécifiques, les collectifs et les initiatives sociales qui pourront se connecter et permettre que les luttes soient transversales ». De cette manière, « en profitant du travail qui a été développé par les différents agents sociaux, nous travaillerons avec différents collectifs autour des cinq axes pour réaliser des campagnes et des actions concrètes ».

L’initiative, encore à l’état embryonnaire, a déjà reçu un accueil favorable sur les réseaux sociaux. Sur Twitter le hashtag #planderescateciudadano (plan de sauvetage citoyen) a réussi à être l’un des thèmes les plus commentés en Espagne.

———————————————————————————————————————————

Quel est le plan de sauvetage que propose le 15-M ?

Pas un euro de plus pour sauver les banques : au lieu de sauver les banquiers, construisons et soutenons une banque éthique, lavée de toute corruption, qui ne se base pas sur la spéculation, et qui réponde aux nécessités de la population.

Services publics de qualité pour l’éducation et la santé: quand des coupures budgétaires se réalisent pour l’éducation et la santé, c’est le bien être de toutes les personnes qui est attaqué. Les coupures budgétaires sont des actes criminels, absolument évitables. L’éducation et la santé sont un investissement, pas une dépense.

Non à la précarité du monde du travail : reconnaître que la richesse se produit de manière coopérative et qu’il est nécessaire de la répartir d’une forme juste pour construire un autre modèle productif.

Pour la garantie d’un logement digne : il est nécessaire d’exiger la fin des abus de la spéculation immobilière et que l’accès au logement constitue un droit indépendant de la condition économique des personnes.

Transparence, démocratie en réseau et libertés citoyennes : articuler une politique de transparence avec l’utilisation d’outils pratiques de participation et de coopération en réseau, ce qui signifie de réinventer la démocratie.

propositions en ligne (en espagnol) http://www.planderescateciudadano.net/


Publicités

Publié le 22 mai 2012, dans Revue de Presse Indignée, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :